Le FNS préfère la post-publication à la prépublication, ce qui engendre une dépendance au bon vouloir des éditeurs. Les chercheurs vont-ils devoir, à cause de cela, renoncer à un moyen de pression non négligeable sur les éditeurs?

Le FNS privilégie le PDF de l’éditeur parce que, d’une part, il correspond à la version imprimée définitive et que, d’autre part, les avantages en termes de "harvesting" sont ainsi nettement supérieurs. Mais en dernier lieu, c’est à l’auteur lui-même que revient le choix entre PDF de l’éditeur, la post-publication et prépublication.