Prix Latsis national 2016 décerné à l’historien Alexander Keese

17/01/2017

Alexander Keese, spécialiste en histoire africaine, a reçu le Prix Latsis national doté de 100 000 francs suisses à l'Hôtel du gouvernement à Berne.

L'historien de 39 ans a été récompensé pour ses recherches sur le colonialisme et le post-colonialisme des XIXe et XXe siècles en Afrique occidentale et centrale. Alexander Keese est professeur boursier du FNS depuis 2015 au sein de l'Unité d'histoire contemporaine de l'Université de Genève. Ce prix est décerné chaque année par le FNS sur mandat de la Fondation Latsis Internationale sise à Genève.


© FNS/Daniel Rihs 

Matthias Egger, nouveau président du Conseil de la recherche du FNS, a accueilli les quelque 80 invités à la cérémonie de remise du prix Latsis qui a eu lieu le 12 janvier 2017 à l'Hôtel du gouvernement à Berne. L'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss figurait parmi les nombreuses personnalités issues du monde de la formation, de la recherche et de l'innovation.

En tant qu'oratrice d'honneur, Helga Nowotny, professeure émérite de l'EPF de Zurich et ancienne présidente du Conseil européen de la recherche (CER), a souligné l'importance des sciences humaines pour mettre en lumière les mutations et les défis sociétaux et contrecarrer les tendances négatives. Cela est d'autant plus vrai à une époque où la confiance que les gens accordent à la science, aux faits et au savoir semble de moins en moins évidente.

Dans son éloge sur la carrière professionnelle d'Alexander Keese, Corina Caduff, membre de la division Sciences humaines et sociales du Conseil de la recherche, a souligné que le lauréat avait su abandonner la perspective eurocentrée pour adopter un point de vue africain dans ses recherches. Matthias Egger, président du Conseil de la recherche du FNS, a ensuite remis le prix Latsis national à Alexander Keese. En prenant l'exemple du sida, M. Egger avait auparavant démontré à quel point la recherche sur le colonialisme était également en étroite corrélation avec l'épidémiologie, sa propre discipline. En effet, « le colonialisme a été le complice involontaire de la propagation du sida ». Vers la fin du XIXe siècle, le virus issu de la forêt vierge du Cameroun s'est propagé via Kinshasa, ville coloniale archétypale, vers Port-au-Prince avant de gagner l'Amérique. Alexander Keese a ensuite pris la parole en mentionnant les principaux résultats de ses recherches sur le rôle de l'ethnicité, des élites africaines et du travail forcé. Il en a conclu que l'ethnie n'était pas un réel principe d'identification mais plutôt une réaction contre la catégorisation des coloniaux. De plus, ses recherches ont montré que l'expérience traumatisante du travail forcé avait des répercussions sur notre époque et s'illustrait notamment par la méfiance des gens vis-à-vis de grands projets de développement.

 

Le Prix Latsis national, l'une des distinctions scientifiques les plus importantes de Suisse, honore une chercheuse ou un chercheur de moins de 40 ans pour ses travaux scientifiques remarquables menés en Suisse.

​​Contact

Division Communication
Veronika Riesen
E-mail com@snf.ch