Attribution du Prix scientifique suisse Marcel Benoist à Lars-Erik Cederman

03/09/2018

Le Prix scientifique suisse Marcel Benoist 2018 a été décerné à Lars-Erik Cederman. Professeur de recherche internationale sur les conflits à l’EPF de Zurich, Lars-Erik Cederman a obtenu le prix, doté de 250 000 francs, pour ses découvertes sur la promotion de la paix et la participation politique des minorités ethniques. Il a été personnellement informé de cette distinction par le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, président de la Fondation. La cérémonie officielle de remise du prix aura lieu le 15 novembre 2018 à Berne.

Actuellement, de nombreux conflits opposent les minorités ethniques au pouvoir central des Etats, y compris en Europe. Lars-Erik Cederman a pu montrer que l’autonomie régionale dont bénéficient des minorités ethniques ainsi que leur implication dans les décisions politiques sont fondamentales pour une paix durable. De même, un meilleur équilibre en ce qui concerne le partage des richesses et l’accès aux services de base est capital. Le Prix scientifique suisse Marcel Benoist 2018 honore Lars-Erik Cederman pour ses travaux théoriques et empiriques.

Nouvelles théories sur l’inégalité et les conflits

Ces dernières années, Lars-Erik Cederman a axé ses recherches sur le lien entre inégalité et conflits. Avec son groupe de recherche internationale sur les conflits, il a collecté un ensemble de données sur les groupes ethniques partout dans le monde. Ces données renseignent sur l’accès au pouvoir politique au cours d’une période qui s’étend de 1946 à 2017. Les inégalités entre les groupes ethniques ont été mesurées à l’aide de questionnaires d’experts et d’images satellites, et indiquées sur une carte numérique. Le recueil de données est accessible aux décideurs politiques, aux scientifiques ainsi qu’au grand public.

Site internet International Conflict Research

Les travaux de Lars-Erik Cederman combinent innovation théorique et ingéniosité empirique. Au début de sa carrière de chercheur, il a développé de nouvelles théories de politique internationale sur la base de modèles numériques. Ce faisant, il est parvenu à montrer comment des Etats et des nations naissent puis disparaissent. Ses découvertes ont contribué à mieux comprendre les causes des conflits et à trouver des solutions.

"Recevoir le Prix Marcel Benoist est un grand honneur. Pour moi, cette distinction est la reconnaissance du travail effectué par mon groupe de recherche et dans tout le champ de la recherche sur les conflits et sur la paix", déclare le lauréat.

Lars-Erik Cederman est né en Suède en 1963 et possède la double nationalité suédo-suisse. Il a étudié le génie physique à l’Université d’Uppsala et les relations internationales à l’Institut universitaire de hautes études internationales à Genève. En 1994, Il a obtenu le titre de docteur en sciences politiques à l’Université du Michigan. Il a ensuite été chercheur et enseignant à l’Institut universitaire de hautes études internationales à Genève, à l’Université d’Oxford, à l’Université de Californie à Los Angeles et à l’Université d’Harvard. Depuis 2003, il est professeur de recherche internationale sur les conflits à l’EPF de Zurich.

Importante contribution à la résolution de problèmes sociétaux

Pour la première fois, la Fondation Marcel Benoist attribue le prix à un chercheur du domaine des sciences humaines et sociales. Le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, président de la Fondation, relève: "Le travail du professeur Cederman sur les conflits ethniques montre l’importante contribution des sciences humaines et sociales à la résolution de problèmes sociétaux."

 

Le Prix Marcel Benoist est le prix le plus prestigieux de Suisse en matière de recherche. Depuis 1920, la Fondation honore des chercheurs méritants dont les travaux revêtent une importance significative pour la vie humaine. Au cours de l’histoire presque centenaire du prix Marcel Benoist, dix lauréats ont par la suite obtenu le prix Nobel.

Sélection par le Fonds national suisse pour la première fois

Pour la première fois cette année, la responsabilité du choix du lauréat revenait au Fonds national suisse (FNS). Lars-Erik Cederman a été choisi parmi 26 autres nominés. Le comité d’évaluation du FNS comprenait deux représentants des autorités publiques et six experts internationaux ainsi que des membres du Conseil national de la recherche du FNS et un représentant de la Fondation Marcel-Benoist.

La sélection s’est déroulée dans une large mesure par voie numérique et de manière anonyme. Le sexe, la liste des publications et la haute école dont dépendent les candidates et candidats n’ont été dévoilés au comité qu’à partir du deuxième tour de l’évaluation. "Les activités scientifiques sont complexes et posent de hautes exigences pour l’encouragement de la recherche et la sélection des meilleurs chercheurs. Le FNS se base sur des processus innovants afin que la procédure de sélection soit aussi équitable que possible", précise Matthias Egger, le président du Conseil national de la recherche du FNS.

Download

Copyright: Daniel Rihs