Prix Marie Heim-Vögtlin 2018: Sara Montagner découvre les secrets de l’épigénétique des mastocytes

18/09/2018

Prix Marie Heim-Vögtlin pour Sara Montagner

Les modifications épigénétiques de l’ADN s’avèrent décisives pour le fonctionnement normal des mastocytes – cellules qui jouent un rôle prépondérant dans les réactions immunitaires. Cette découverte revient à la biologiste Sara Montagner, qui recevra le 29 novembre prochain le prix Marie Heim-Vögtlin 2018 décerné par le FNS à Bellinzone.

Les mastocytes font partie des globules blancs. Ils assurent d’importantes fonctions immunitaires et participent à la défense contre les agents pathogènes en libérant rapidement des substances comme l’histamine. Leur dysfonctionnement peut néanmoins générer des problèmes de santé, une suractivation pouvant déclencher des symptômes allergiques.

Influence prouvée de l’épigénétique

Durant les années 2016 et 2017, Sara Montagner a étudié les modifications épigénétiques des mastocytes de souris. Ces modifications changent l’ADN sans réarranger la séquence de ses éléments constitutifs. Avec ses collègues, Sara Montagner a démontré que l’absence de deux enzymes (TET2 et DNMT3A) altérait les modifications épigénétiques des mastocytes. Elle a observé que les fonctions des mastocytes étaient modifiées en l’absence de ces enzymes: ils présentaient une prolifération accrue et sécrétaient des quantités excessives de substances déclenchant des réactions immunitaires. Ces observations prouvent l’influence fondamentale de l’épigénétique sur la physiologie des mastocytes – et, par voie de conséquence, sur notre santé.

Soutien du FNS

Sara Montagner a mené ses travaux – financés par un subside Marie Heim-Vögtlin du FNS – durant son postdoctorat effectué à l’Institut de recherche biomédicale de Bellinzone. Ce soutien financier lui a permis de se consacrer à sa famille tout en s’affirmant en tant que chercheuse. Les résultats de ses recherches ont été publiés dans deux revues scientifiques. Depuis mai 2018, Sara Montagner poursuit ses activités de recherche chez Novartis à Bâle.

Doté de 25’000 francs, le prix Marie Heim-Vögtlin lui sera décerné le 29 novembre 2018 à Bellinzone à l’occasion du Congrès de l’Académie européenne de dermatologie et de vénérologie.

Concilier carrière scientifique et obligations familiales

Le Fonds national suisse (FNS) a attribué pendant 25 ans des bourses Marie Heim-Vögtlin (MHV) à des chercheuses hautement qualifiées, ayant abandonné ou réduit leur activité pour des raisons familiales. En finançant leur projet de recherche jusqu’à deux ans, le subside était destiné à leur permettre de concilier carrière scientifique et obligations familiales. Le prix MHV distingue chaque année l’une des boursières pour la qualité exceptionnelle de ses travaux de recherche et la progression de sa carrière. Depuis l’automne 2017, les subsides Marie Heim-Vögtlin ont été remplacés par le nouvel instrument d’encouragement PRIMA.

Marie Heim-Vögtlin, qui a donné son nom au subside, est la première Suissesse à avoir été admise comme étudiante en faculté de médecine à l’Université de Zurich en 1868. Après avoir obtenu son doctorat, elle a ouvert un cabinet de gynécologie et a continué à exercer malgré la naissance de ses deux enfants. Elle fait figure de pionnière de la lutte pour l’accès des femmes aux études supérieures.

Liens