L’immunologue Andrea Ablasser reçoit le Prix Latsis 2018

14/01/2019

L’immunologue Andrea Ablasser a été récompensée par le Prix Latsis national 2018 lors d’une cérémonie organisée à l’Hôtel du gouvernement à Berne.

Andrea Ablasser a reçu le Prix Latsis national 2018 pour sa découverte remarquable sur le système immunitaire inné. L’immunologue âgée de 35 ans est professeure assistante en pré-titularisation conditionnelle à l’EPFL depuis 2014. Le FNS lui a déjà apporté son soutien par deux fois. Ce prix est décerné chaque année sur mandat de la Fondation Latsis, sise à Genève. Il a été remis pour la 35e fois le 10 janvier 2019 à l’Hôtel du gouvernement à Berne, en présence de nombreux lauréats précédents.

"Andrea Ablasser traduit la recherche dans la pratique; elle a ainsi découvert une molécule qui permettra peut-être un jour de traiter certaines maladies auto-immunes", déclare Matthias Egger, président du Conseil de la recherche du FNS. Denis Duboule, président de la Fondation Latsis, insiste sur le fait que cela n’a été possible que grâce à la recherche fondamentale: "Cette découverte est le fruit d’un travail de longue haleine par un petit groupe de chercheurs."

Le courage dont a fait preuve Andrea Ablasser pour effectuer de la recherche fondamentale pure a également été souligné par Martina Hirayama, secrétaire d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation: "Elle a eu l’audace de se consacrer à un thème de recherche incertain". Jürg Fröhlich, physicien et lauréat du premier Prix Latsis national en 1984, souhaite lui aussi plus de recherche sans but précis: "Considérez ce prix comme une autorisation à réfléchir sereinement avant de vous jeter dans l’aventure de la recherche, qui comporte un grand risque d’échec."

Andrea Ablasser a déjà pris ce risque par le passé, comme le souligne sa supérieure Gisou van der Goot, doyenne de la Faculté des sciences de la vie à l’EPFL: "Andrea Ablasser a failli devenir skieuse professionnelle. Heureusement, elle a fini par préférer la science". Christoph Neuhaus, président du Conseil-exécutif bernois, est du même avis: "Andrea Ablasser représente un exemple pour les jeunes femmes, encore sous-représentées parmi les professeurs".

Dans sa présentation, Andrea Ablasser a expliqué que la voie de signalisation qu’elle examine permet aux cellules du corps de détecter de nombreux agents pathogènes, par exemple celui de la tuberculose, ou des virus comme le VIH. Elle ajoute que cette partie du système immunitaire joue même un rôle pour les infarctus du myocarde ou des maladies telles que Parkinson. "Nous espérons pouvoir traduire ce potentiel dans la pratique; dans cette optique, nous collaborons avec une entreprise pharmaceutique", déclare-t-elle.

 

Le Prix Latsis national, l’une des distinctions scientifiques les plus importantes de Suisse, honore une chercheuse ou un chercheur de moins de 40 ans pour ses travaux scientifiques remarquables menés en Suisse.

Contact

Division Communication
E-Mail com@snf.ch