Les projets "orientés vers l’application" plus visibles grâce à cette catégorie

16/12/2013

Cette image montre une femme et deux hommes en train d'examiner la maquette d'un bâtiment. © gsund.net

En 2011, le FNS a introduit la catégorie "recherche fondamentale orientée vers l’application" dans l’encouragement de projets. Dans un rapport de suivi, il dresse un premier bilan: dans quelle proportion et pour quels genres de projets les chercheuses et les chercheurs utilisent-ils cette nouvelle catégorie?

​Ce rapport de suivi, qui vient d'être publié, porte sur trois entrées de requêtes depuis l'introduction en automne 2011 de la catégorie "orientée vers l'application" pour décrire un projet de recherche. Lors de la soumission d’une requête, il revient aux requérant-e-s de déterminer si leur projet de recherche est orienté vers l’application ou non (autodéclaration). Lorsqu'une requête est déclarée "orientée vers l'application", l’impact extrascientifique (broader impact) doit être décrit dans le plan de recherche.

Ce rapport de suivi examine la proportion et la finalité des projets soumis dans la nouvelle catégorie dédiée à la recherche orientée vers l’application, ainsi que les domaines scientifiques et les types de hautes écoles dont ils émanent. Dans le cadre d’un monitorage, le FNS entend également recueillir des données sur une plus longue période afin d’observer l’évolution de la compétitivité dans différents domaines et pouvoir prendre les mesures appropriées le cas échéant.

Pas de hausse du nombre de requêtes

L’introduction de la catégorie "recherche fondamentale orientée vers l’application" n’a pas entraîné d’augmentation significative des requêtes dans le cadre de l’encouragement de projets; elle n'a pas non plus ouvert de nouveaux champs de recherche pour l’encouragement de projets du FNS. Ainsi que l’on pouvait s’y attendre, les requêtes soumises relevaient principalement de la recherche clinique, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture ainsi que des domaines étudiés au sein des hautes écoles spécialisées et d’un large éventail de disciplines en sciences humaines et sociales. La part de la recherche fondamentale orientée vers l'application reste constante; elle s'élève à tout juste 20%. Cela démontre l'existence d'une demande ou d'un besoin chez les requérant-e-s de prouver que leur recherche est également à même de générer des connaissances de base en lien avec la pratique.

Peu de requêtes des hautes écoles spécialisées

Les requêtes déclarées comme orientées vers l’application ont été soumises par des scientifiques de tous les types de hautes écoles. Les hautes écoles spécialisées détiennent la palme en la matière. Toutefois, il convient de préciser que seule une faible part (6%) des requêtes globales émane de ces écoles. Leur nombre est particulièrement peu élevé dans les domaines d’encouragement biologie et médecine ainsi que mathématiques, sciences naturelles et de l’ingénieur. A cet égard, le problème réside également dans le fait que le nombre des requérant-e-s potentiels des hautes écoles spécialisées est difficile à évaluer. Les scientifiques des hautes écoles spécialisées soumettent des requêtes aussi bien dans la recherche fondamentale que dans la recherche fondamentale orientée vers l’application.

Taux de réussite moins élevés

Dans tous les domaines d’encouragement et dans les quatre types de hautes écoles, les projets de recherche orientés vers l’application affichent des taux de réussite inférieurs à ceux des projets de recherche fondamentale. Les projets de recherche provenant des hautes écoles spécialisées, moins nombreux en comparaison, aboutissent en outre plus rarement que ceux des universités et des EPF, tant pour les projets orientés vers l’application que pour ceux relevant de la recherche fondamentale. Les requêtes émanant des domaines des hautes écoles spécialisées qui ont déjà coutume de solliciter le FNS pour obtenir des fonds, à savoir celles des disciplines des sciences humaines et sociales, affichent les meilleures chances d’aboutir.

Conclusion: davantage de visibilité pour les projets orientés vers l'application

A l’issue des trois premières sessions de dépôt de requêtes, un constat s’impose : la nouvelle catégorie ne génère pas un nouveau type de recherche, mais contribue pour une très large part à conférer enfin une visibilité aux projets situés au confluent de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée qui existaient déjà avant l’introduction de cette catégorie, lesquels peuvent dès lors être évalués sous un angle particulier.

Contact
Division Coordination interdivisionnaire et recherche coopérative (CoRe)
Angelika Kalt
E-mail core@snf.ch