Premiers résultats de l’étude de cohortes du FNS ciblée sur les carrières

09/06/2020

Biomedical Laser and Optics Group by Hamed Abbasi, University of Basel

L’enquête auprès des candidat·es aux instruments d’encouragement de carrières du FNS a livré de premiers résultats sur les parcours professionnels.

​Le projet « Career Tracker Cohorts (CTC) » du Fonds national suisse (FNS) est conçu comme une étude-panel avec des cohortes annuelles. Créé sur un horizon de dix ans, il a débuté en octobre 2018 par la première enquête. Le projet suit la carrière des candidat·es aux instruments d’encouragement de carrières du FNS à partir du niveau postdoctoral. Font partie de ces instruments Ambizione, Eccellenza, Early Postdoc.Mobility, Postdoc.Mobility et PRIMA. L’étude est conduite par une équipe de projet de l’Université de Berne.

Forte participation à l’étude

À ce jour, l’étude s’appuie sur trois cohortes annuelles. Le taux de participation aux enquêtes de base s’élève jusqu’à présent à environ 90 pourcent. Afin de suivre la situation professionnelle et personnelle des requérant·es, les chercheuses et chercheurs ont déjà soumis une partie de ces premières cohortes à une deuxième enquête. Si la motivation tend habituellement à baisser lorsqu’il s’agit de participer à une nouvelle enquête, plus de 75 pourcent des personnes sollicitées ont encore accepté de participer à la deuxième enquête.

Florilège de résultats

Il ressort des premiers résultats que, peu de temps après la soumission de leur requête auprès du FNS, les personnes interrogées se trouvant en début de carrière dédiaient à la recherche un nombre d’heures plus conséquent que celles à un stade plus avancé, et les hommes plus de temps que les femmes. En revanche, plus leur carrière était avancée, plus le temps consacré à l’enseignement augmentait, les femmes s’investissant par ailleurs plus longtemps que les hommes dans ce domaine.

Plus les chercheuses et chercheurs interrogés avancent dans leur carrière, plus ils accordent d’importance à un emploi sûr, à la poursuite de leur carrière académique ainsi qu’à la possibilité de travailler et de vivre dans le même pays que celui où ils travaillaient et vivaient au moment de l’enquête de base. En revanche, la possibilité de concilier travail et activités annexes ainsi que l’opportunité de travailler ultérieurement à temps partiel semblaient plus importantes pour les chercheuses et chercheurs moins avancés que pour les chercheurs plus avancés.

Par ailleurs, il ressort de la deuxième enquête que la grande majorité des postdoctorant·es dont la demande de bourse Early-Postdoc.Mobility ou Postdoc.Mobility du FNS avait été rejetée disposaient encore d’un emploi dans la science académique.

À l’avenir, lorsque des données issues de cohortes plus nombreuses et d’enquêtes répétées auprès de ces mêmes cohortes seront disponibles, il sera possible de réaliser des analyses plus complexes concernant la carrière. Ces analyses permettront par exemple d’étudier l’impact des instruments d’encouragement du FNS sur le parcours professionnel des chercheuses et chercheurs, le taux de prise d’un emploi dans la recherche académique et l’impact des genres en termes de trajectoires professionnelles.

Rapports et documentations en accès libre

Le FNS contribue à l’acquisition de connaissances sur les facteurs et processus qui influencent le parcours professionnel des chercheuses et chercheurs. La description de l’étude CTC ainsi que ses résultats sont en libre accès (en anglais) sur la page Internet du projet.

Contact

Division: Strategie
E-mail careertracking@snf.ch