19 projets de recherche COST pour renforcer les réseaux en Europe et au-delà

Mobilité internationale des étudiant·es, interactions entre forêts et microbiomes du sol dans un monde plus chaud, traitement du langage naturel : le FNS octroie 6 millions de francs à des projets de recherche COST.

Mieux connaître la mobilité internationale des étudiant·es (International Student Mobility – ISM) : Lamia Ben Hamida (Haute école spécialisée de Suisse occidentale, HES-SO) étudie la relation entre les compétences acquises dans le cadre de l’ISM, l’employabilité, la satisfaction personnelle et l’engagement. À l’aide de méthodes quantitatives et qualitatives, elle cherche à évaluer les avantages des expériences d’ISM au fil du temps.

Il s’agit de l’un des 19 projets de recherche actuellement financés dans le contexte du programme COST, qui promeut la mise en réseau des activités de recherche scientifique et technologique en Europe et au-delà. COST vise à atteindre des avancées scientifiques innovantes qui facilitent l’émergence de nouveaux concepts et produits.

Le FNS a évalué 34 projets de chercheuses et chercheurs en Suisse dans le cadre de sa mise au concours 2023 pour des projets de recherche COST associés à des Actions COST. Il en a approuvé 19 et leur a alloué un montant total de 6 millions de francs.

Large éventail thématique

Les projets soutenus seront mis en œuvre au cours des quatre prochaines années. Ils couvrent un large éventail de disciplines, de l’écologie à la biologie cellulaire en passant par le génie civil et la linguistique appliquée.

À l’Institut fédéral suisse de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), Barbara Moser étudie l’interaction entre les différents facteurs responsables du changement climatique, les propriétés du sol et les communautés biotiques forestières. Son objectif principal est d’évaluer l’interaction entre les arbres indigènes et non indigènes et leurs microbiomes aériens et souterrains dans les conditions climatiques actuelles et à venir. Ses travaux permettront de mieux comprendre les facteurs qui contrôlent la croissance des plantes. Plus précisément, ils informeront les instances politiques des conséquences de la sauvegarde de certaines espèces d’arbres sur la résilience des forêts.

Lena A. Jäger (Université de Zurich) étudie le traitement du langage naturel, et plus particulièrement les grands modèles de langage (LLM) tels que ChatGPT. Elle examinera en quoi le comportement linguistique des LLM diffère de celui des êtres humains et si des signaux cognitifs peuvent guider le comportement de ces modèles. Il en ressortira des indications cruciales pour les recherches futures visant à décentraliser l’entraînement des modèles et fournira à la société la possibilité de faire face aux limites des modèles de langage de manière adéquate.

Réseaux internationaux

COST est ouvert à toutes les disciplines. Il réunit des chercheuses et chercheurs européens qui développent conjointement leurs idées et initiatives au sein de réseaux internationaux, appelés « Actions ». Les Actions COST ne financent pas la recherche en elle-même, mais soutiennent le réseautage par l’intermédiaire de réunions, d’échanges scientifiques de courte durée, d’écoles de formation et d’activités de diffusion. Une Action COST associe des équipes de recherche de 28 pays différents en moyenne.

Le FNS organise chaque année une mise au concours en Suisse pour des projets de recherche COST associés à des Actions COST récemment approuvées. Les scientifiques basé·es en Suisse et participant activement à une Action COST peuvent demander le financement d’un projet de recherche COST pour une durée maximale de quatre ans doté d’un budget allant jusqu’à 100'000 francs par an.