Doc.Mobility

Le dernier délai de soumission pour Doc.Mobility a eu lieu le 1er septembre 2020. L’instrument Doc.Mobility n’est plus disponible après 2020. À partir de 2021, le FNS encourage la mobilité au niveau du doctorat via ses "subsides de mobilité dans les projets".


Les doctorant-e-s qui ne sont pas engagés sur des projets du FNS doivent s’adresser à leur haute école si elles/ils souhaitent effectuer un séjour de recherche à l’étranger.

Détails sous "News" -> 06.02.2020.

A partir du 1er janvier 2021, les personnes bénéficiant d'une bourse Doc.Mobility en cours peuvent toujours soumettre une requête de continuation. La durée totale de la bourse, y compris une éventuelle continuation, ne peut dépasser 18 mois (informations complémentaires sous la rubrique "How To").

  • How To

    Dropdown Icon

    Soumission de requêtes de continuation

    Les requêtes doivent être soumises via la plateforme mySNF. Seules les requêtes de continuation des bourses Doc.Mobility en cours peuvent être soumises. Pour soumettre une requête, il faut contacter au préalable le FNS, entre 2 et 3 mois avant la fin de la bourse (fellowships@snf.chExternal Link Icon). Veuillez noter que, dans le cas d'un octroi, la continuation peut commencer au plus tôt un mois après la soumission de la requête et qu’elle doit commencer immédiatement après expiration de la bourse initiale

  • Documents

    Dropdown Icon
  • Mesures complémentaires

    Dropdown Icon
  • FAQ

    Dropdown Icon

    a1. COVID-19. J’ai une bourse pour un séjour à l’étranger, en ai demandé une ou planifie de le faire. Or, le lieu de séjour se trouve dans une région présentant un risque d’infection par le coronavirus. Que dois-je faire?

    ​​​(Etat au 11.05.2021; première version: 11 mars 2020)

    Les chercheuses et chercheurs prévoyant ou effectuant un séjour à l’étranger doivent suivre les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), de même que celles des autorités compétentes des pays concernés.

    Les bénéficiaires de bourses déjà sur place dans des régions touchées doivent respecter les directives des autorités locales. Au cas où elles/ils doivent retourner en Suisse, elles/ils s’annonceront aux autorités cantonales compétentes en Suisse et respecteront leurs instructions, y compris en ce qui concerne la mise en quarantaine.

    En plus des recommandations des autorités compétentes à respecter, les bénéficiaires de bourses sont tenus de suivre en permanence la situation dans les zones qui les concernent et prendre les mesures adéquates lorsque le risque augmente ou que leur sécurité personnelle est mise en danger. Le FNS doit en être informé sans délai.

    Options à examiner par les chercheuses et chercheurs

    Sachant que les conditions en Suisse et à l’étranger peuvent évoluer rapidement, les candidat-e-s et bénéficiaires de bourses, dont les situations personnelles peuvent être à chaque fois différentes, sont priés d'examiner, dans les plus brefs délais, les possibilités suivantes afin de trouver une solution appropriée, permettant la poursuite de leur recherche dans de bonnes conditions ​:

    • Elles/ils peuvent demander au FNS l’éventuel report du début du séjour, si cela est possible pour elles/eux et en respectant les instructions de voyage édictées par les autorités suisses et étrangères. Par ailleurs, par rapport au subside à commencer dans les 12 mois après la lettre de décision, les bénéficiaires peuvent prolonger le délai de 6 mois supplémentaires ; ainsi, elles/ils disposent d’au maximum 18 mois après l’approbation pour demander le déblocage des moyens octroyés et commencer le projet; dans un tel cas, elles/ils informent le FNS de la prolongation par courriel ou au plus tard via mySNF au moyen du formulaire "Demande de déblocage du subside". Il suffit simplement d’en informer le FNS, il n’est pas nécessaire de faire une demande distincte;
    • Elles/ils peuvent éventuellement trouver un autre lieu de recherche, en respectant les instructions de voyage des autorités suisses et celles du pays concerné, et faire la demande au FNS pour effectuer ce changement (avec lettre d’invitation du nouvel institut hôte);
    • Elles/ils sont autorisés à demander au FNS de rester en Suisse pour une certaine durée (par exemple 2-4 mois) afin de trouver une solution, à savoir en principe le rattachement à un institut d’accueil en Suisse. Au sujet de la durée, le FNS tiendra compte des situations individuelles, ceci afin que les chercheuses/chercheurs puissent trouver une solution dans cette période exceptionnelle. On veillera également à une certaine proportionnalité entre la durée en Suisse et le séjour à l’étranger, à savoir en principe au maximum 1/2 en Suisse. Pour cette éventuelle période en Suisse, les chercheuses et chercheurs peuvent également examiner s’il est possible de réaliser leur recherche par télétravail, si leur institut hôte (à l’étranger) est d’accord. La durée du télétravail (home office) ou du séjour en Suisse ne doit en principe pas dépasser la moitié de la durée de la bourse. Au cas où cette proportion de 1/2 risque d'être dépassée, vous devez considérer dans les meilleurs délais les autres options mentionnées dans cette FAQ, notamment de voir dans quelle mesure un autre lieu de recherche peut être trouvé. En tous les cas, le FNS doit être informé à temps si la période en home office ou en Suisse est susceptible de dépasser la proportion de 1/2. Si le commencement du projet de bourse n’est pas possible, par exemple par télétravail ou rattachement à un institut en Suisse, les bénéficiaires de bourses qui ne peuvent pas obtenir d’autres sources de financement pour leur entretien personnel, ni percevoir des prestations des assurances sociales, s’adresseront au FNS pour examiner leur situation.
    • Pour les boursières et boursiers déjà à l’étranger qui doivent interrompre leur recherche, elles/ils s’adresseront directement au FNS pour examiner dans quelle mesure a) une suspension provisoire de leur bourse ou b) une réalisation de leur recherche par télétravail (si l’institut hôte est d’accord) sont possibles, ou c) une prolongation est nécessaire (voir ci-après).

    Prolongation des bourses de mobilité

    A cause de la pandémie de Covid-19, de nombreux scientifiques doivent suspendre temporairement leurs travaux ou les mener dans un cadre limité. Le FNS demande à organiser et adapter l’activité de recherche de manière à ce qu’elle puisse être achevée dans le délai initial. A titre de mesure spéciale, et ceci pour les bourses qui se terminent d’ici le 31 juillet 2021, le FNS donne la possibilité aux boursières et boursiers FNS d’obtenir une prolongation de deux mois maximum si nécessaire. Ces prolongations doivent faire l'objet d'une demande de subside complémentaire via mySNF avec l'indication "Covid-19". Cette demande doit être soumise au cours du projet actuel sur la plateforme mySNF avec le formulaire "subsides complémentaires". Une telle demande devra être déposée de 2 à 4 mois avant la fin de la bourse. Pour les bourses qui se terminent après le 31 juillet 2021, il ne sera en principe, plus possible de demander un subside complémentaire "Covid-19". Toutefois, dans des cas exceptionnels et dûment justifiés, un subside peut être octroyé pour les bourses qui se terminent ​entre le 31 juillet 2021 et le 31 décembre 2021. Dans un tel cas, les boursières et boursiers sont prié-es de prendre contact avec le FNS, au plus tard 2 mois avant la fin de leur bourse, à l’adresse suivante pour l’évaluation de leur demande:

    fellowships@snf.chExternal Link Icon

    Pour les bénéficiaires d’un subside de retour Postdoc.Mobility, dûment engagé-e-s en Suisse, ce sont les dispositions générales du FNS qui s’appliquent. Elles/ils se référeront aux FAQ valables pour les autres instruments du FNS.

    Rapports scientifiques

    Les bénéficiaires de bourses peuvent prolonger pour l’instant le délai pour rendre les rapports scientifiques de 2 mois au maximum, en adressant une demande à fellowships@snf.ch. Les éventuels changements de plan de recherche causés par la situation exceptionnelle liée avec la pandémie de Covid-19 doivent être mentionnés directement dans le rapport scientifique.

    Questions? Problèmes?

    En cas de questions ou problèmes, les candidat-e-s et bénéficiaires de bourses peuvent s’adresser à fellowships@snf.ch.

    fellowships@snf.chExternal Link Icon

    b) Est-il possible lors du séjour à l'étranger dans le cadre d'une bourse Doc.Mobility de retourner/rester dans le même lieu de recherche que le lieu de formation?

    Il n'est formellement pas possible de rester ou de retourner dans l'institution de formation dans laquelle le diplôme de bachelor ou master (ou équivalent) a été obtenu. Les doctorant-e-s inscrit-e-s auprès d'une institution étrangère doivent choisir un autre lieu pour la bourse. Un séjour de recherche dans le même lieu géographique (par ex. ville) mais dans une autre institution que celle de la formation ou celle de l'inscription comme doctorant-e-s est formellement possible. Il faut noter dans ce contexte que le gain escompté en terme de mobilité représente un critère important d'évaluation. Les bourses de mobilité ont pour objectif principal d'encourager la mobilité et les aspects qui y sont liés (encouragement de l'indépendance scientifique, amélioration du profil scientifique/académique).

    c) Quels aspects administratifs et coûts supplémentaires potentiels doivent être pris en compte lors du choix d’un institut hôte pour une bourse de mobilité du FNS?

    Veuillez clarifier dès que possible les éventuelles conditions liées à un séjour dans votre institution d'accueil. Certaines de ces institutions astreignent par exemple les bénéficiaires de bourses à verser une contribution pour leur overhead. Cependant, le FNS ne prend en charge aucuns frais d'overhead pour des institutions d'accueil à l'étranger. Parfois, il arrive également que l'institution d'accueil requiert des moyens pour couvrir les frais de recherche. Dans ce cas, le FNS ne peut verser un montant pour ces frais (d'au maximum 3000 francs par an) qu'à certaines conditions précises. Selon un usage courant dans le monde scientifique, les boursières et boursiers arrivant avec leur propre subside à l’entretien personnel doivent bénéficier d’un soutien adéquat de l’institut hôte qui les accueille ; ce soutien se mesure également à l’aune de l’infrastructure et du matériel mis à disposition. À cet égard, veuillez consulter le point 10.2 du set d'information "Bourses de mobilité FNS (PDF, 332 kB) ". Veuillez également clarifier votre statut auprès de l'institution d'accueil. Il arrive en effet que certaines institutions d'accueil, notamment en France, exigent que les bénéficiaires de bourses soient officiellement employés chez elles et que le FNS verse la bourse directement sur un compte de l’institut d’accueil. Dans ce cas, il se peut qu'une grande part de la bourse soit utilisée pour payer les charges sociales, ce qui réduit d'autant le montant disponible pour couvrir les frais d'entretien personnel. Une autre solution, éventuellement envisageable pour maintenir intact le montant de la bourse, est que le/la bénéficiaire de bourse examine la possibilité avec son institution d’accueil en France de signer une «convention d’accueil pour chercheur/chercheuse bénévole» (statut similaire à celui des chercheurs/chercheuses émérites).

    Certains instituts d’accueil, notamment aux Etats-Unis, exigent pour leurs chercheur-e-s un certain montant minimal, qui peut dépendre de l’âge académique après le PhD. Veuillez clarifier la situation dès que possible avec le service compétent de l’institut d’accueil. Les montants définis par le FNS sont contraignants pour l’année de l’octroi. Même si l’institut d’accueil augmente les exigences financières, le FNS ne peut pas adapter les montants des bourses octroyées. Dans un tel cas, le FNS s’attend à ce que l’institut hôte concerné couvre une éventuelle lacune financière.

    d) Où puis-je trouver de la documentation sur les impôts et les assurances ?

    ​Le set d'information "Bourses de mobilité FNS" (PDF, 332 kB) contient des informations détaillées concernant les impôts, les assurances et d'autres questions administratives.

    e) Jusqu'à quand le début de la bourse pourra être reporté?

    La bourse de mobilité doit débuter au plus tard douze mois après la date de la lettre de la décision. Un report du début de la bourse de douze mois supplémentaires peut être accordé sur demande lors de raisons importantes telles qu'une maladie, un accident ou des obligations familiales. La/le bénéficiaire de la bourse doit soumettre avec sa demande justifiée une nouvelle confirmation de l'institut hôte et éventuellement un plan de recherche ajusté. D'autres financements reçus, par exemple une autre bourse, ne représente pas une raison importante pour un report du début de plus de douze mois.

    f) Mon institut d’accueil a augmenté les montants minimaux de financement pour ses chercheur-e-s. Est-ce que le FNS finances la différence entre la bourse octroyée et le montant minimal requis par l’institut hôte ?

    ​Non, les montants définis par le FNS sont contraignants pour l’année de l’octroi. Si l’institut d’accueil augmente les exigences financières, le FNS ne peut pas adapter les montants des bourses octroyées. Dans un tel cas, le FNS s’attend à ce que l’institut hôte concerné couvre une éventuelle lacune financière.​

  • News

    Dropdown Icon
  • Statistiques

    Dropdown Icon
  • Réforme

    Dropdown Icon

    Doc.Mobility sera supprimé à la fin de l'année 2020. Le dernier délai de soumission est fixé au 1er septembre 2020.